• Le hurlement des morts

    Titre :

    Le hurlement des morts

    Genre :

    Policier, drama, gore, enquête, suspens.

    Synopsis : 

    Une enfant de huit ans tue sa mère un jour de sacrifice, l'histoire fait le tour du pays, traumatisant les populations. Une douzaine d'année plus tard, l'enfant devenue une femme aux charmes désarmants, lors d'une de ses "missions", se fait attraper par une cellule spéciale de la police. Pourtant, classée comme étant la délinquante la plus recherché et la plus dangereuse du continent, sera relâcher après un contrat. Sans qu'elle le sache, elle sera le pion de ses geôliers, utilisé pour résoudre une histoire remontant à il y a déjà une vingtaine d'année mais dont le fauteur de trouble semble toujours actif. Cette femme, un étrange mélange d'Harley Queen et d'un brin de Macgyver,  sera sur la piste d'une autre menace qui semble s'amuser à commettre des horreurs sur son propre terrain de chasse. Mais qui est cette personne qui sème le trouble dans tout New York ? Que veut-elle ? 

  • Tuer...quel joli mot sur la langue d'une enfant encore si innocente, fraîchement débarqué dans le monde impitoyable que nous autres, monstres d'encre sur son papier de soie pourpre, avons construit de toute pièce pour elle, cette petite chose d'apparence si fragile, si faible, si...meurtrière. Tuer par nécessité, tuer pour se protéger, tuer par devoir ou...juste pour le plaisir ? En effet, il n'y a rien de plus beau que de voir sa proie souffrir en silence, la mort la gagnant peu à peu, cédant à la tentation meurtrière d'une faim toujours aussi insatiable, toujours aussi avide de sang...

    La jeune fille que vous pensez voir devant vous, n'est en réalité qu'un lointain souvenir de celle qu'elle aurait pu être, polie, sage, droite et bien éduqué, simple et juste. Pourtant, son âme depuis si longtemps dévoré pour cette nouvelle personnalité, ne cessera jamais d'exister, persistante. Seule une personne aura suffit à la guider dans la douce et envoûtante voix du sang, vers l'appel de la mort et du meurtre désormais omniprésents dans la tête de la pauvre et délicate enfant tâchée de sang. 

    Si elle avait su, cette enfant, à quel point sa mère était un monstre, peut être l'aurait-elle quitté plus tôt. Pourtant, il semblerait que cette gamine se soit prise d'affection et d'admiration pour son chaperon, étrange... Elle se souvient encore de ce jour de sang, tout était rouge, et l'odeur de la mort hantait les lieux, l'heure du sacrifice avait été sonné et pour la grâce des dieux, le sang avait été versé. L'enfant avait été retrouvé sous le corps sans vie de sa mère, une lame rouillée à la main, toute tachée de sang, avec pourtant un sourire cruel dessiné au coin de ses lèvres, fière de son oeuvre macabre. L'histoire avait fait le tour du pays, grâce aux journaux et aux émissions télévisées, l’événement tragique avait été révélé à la population, traumatisant certains habitants. A partir de ce jour, tout le monde vivait dans la crainte de devenir la prochaine proie de cette enfant. Chacun fermait ses volets et rentrait les enfants à la nuit tombée, éteignant les lumières, soufflant les bougies et lâchant les chiens dans la cour des maisons.

    C'était il y a déjà une douzaine d'année, et pourtant l'histoire, devenu un mythe depuis, simplement utiliser pour faire peur aux âmes innocentes, persistait toujours dans le cœur et les souvenirs des anciens.  Plus personne de nos jours ne croyait à cette fable d'enfant tueuse, plus personne, sauf peut être l'enfant elle même, tapie dans l'ombre de sa conscience, la gamine se souvenait de ses crimes. L'enfant se souvenait de chacun d'entre eux, rayant de sa liste les noms des victimes déjà terrassés par sa lame. La gamine était peut être même à cet instant entrain de rajouter de nouveaux noms à sa liste macabre, préparant sa prochaine apparition dans la société, prête à mener à bien sa prochaine mission...


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique