• 3 histoires >> 3 messages

    Aujourd'hui je voudrais vous partager 3 histoires tristes...c'est étrange, mais vous aller voir comment votre moral va baisser au plus bas en quelques minutes... Cela vous fera prendre conscience de quelques choses, vous verrez. Je vous invite à lire la suite.

    **********************

    1. L'histoire de Sarah, 3 ans.

    Mon nom est Sarah, j'ai 3 ans, mes yeux sont enflés, et je ne peux pas les ouvrir. Je dois être bête, je dois être méchante...Quoi d'autre aurait pu mettre mon père dans un tel état? Je souhaiterais être meilleure, je souhaiterais être moins moche, alors peut-être que ma mère voudrait toujours me faire des câlins...

    Je ne peux pas parler. Je ne peux pas faire de bêtises. Sinon, on m'enferme toute la journée. Quand je me réveille, je suis toute seule. La maison est noire, mes parents ne sont pas chez moi. Quand ma mère arrive, j'essaie d'être gentille, sinon j'aurai peut-être un coup de fouet ce soir... 

    "Ne fais pas de bruit!" Me dit-elle.

    J'entends une voiture ; c'est mon père, il rentre du bar. Je l'entends jurer, il m'appelle. Je me serre contre le mur. J'essaye de me cacher de ses yeux démoniaques. J'ai tellement peur maintenant...

    Je commence à pleurer. Il me trouve, fondue en larmes, et me lance des mots méchants. Il dit que c'est de ma faute qu'il souffre au travail. Il me gifle, me tape et me crie dessus. Je le libère enfin et je cours jusqu'à la porte, mais il l'a déjà fermée. Je me mets en boule, il m'attrape et me lance contre le mur. Je tombe par terre, mes os presque brisés. 

    "Je suis désolée, papa!!!" Dis-je.

    Je crie, mais c'est déjà beaucoup trop tard...Mon père est entré dans une haine inimaginable. Les coups continuent...

    "Pitié mon Dieu, fais que ça s'arrête, s'il-te-plaît!!" Pensais-je.

    Enfin, il arrête et se dirige vers la porte, pendant que je suis allongée par terre, immobile.
    Je m'appelais Sarah, j'avais trois ans, mais mon père m'a tuée, ce soir.

    ~

    Il existe des millions d'enfants qui, comme Sarah, se font tuer. Et tu peux les aider. Tu me dégoûteras du plus profond de moi si tu lis ça et que tu ne fais pas passer. Je prie pour toi, car tu dois vraiment avoir un coeur de pierre pour ne pas être affectée par cette histoire. 
    Si tu as été touché par ce que tu viens de lire, je prie pour toi également, parce que tu as été sensible. Fais quelque chose! Tout ce que je te demande, c'est de mettre ceci sur ton blog. Même si ça paraît fou, ça peut changer indirectement ta vie. S'il--te-plaît, fais suivre cette chaîne qui, j'espère, ne s'arrêtera jamais, pour que des gens comme le père de Sarah soient punis.

    *************************

    2- L'histoire d'Ange

    J'étais dans mon box, j'étais heureux. 

    Mais ils sont venus. Moi, innocent, j'ai passé la tête par la porte de mon box et j'ai poussé un joyeux hennissement en voyant tant de monde venir me dire bonjour. Et là, je les ai vu. Puis j'ai entendu ces mots que je n'ai pas compris: "On ne peut pas avoir autant de chevaux, il faut bien se débarrasser de ceux qui ne nous sont pas indispensables. Or, Ange n'a pas eu de très bons résultats aux derniers concours."

    "Ange", c'est moi. "C'était moi". 

    Ils m'ont emmené dans un van que je ne connaissais pas. Dedans, il y avait aussi Canelle, une ponette qui s'était blessée à la jambe la semaine dernière. On a fait un voyage assez long puis ils nous ont fait descendre dans une cours. Ça sentait quelque chose. 

    Le sang, la mort, le crottin... 

    Puis ils nous ont fait monter dans un gros camion où il y avait déjà beaucoup de chevaux et poneys. Ils criaient...

    Mais ce n'était pas un hennissement que je connaissais.

    C’était un hennissement de peur, de douleur, de détresse. 

    Et là, j'ai commencé à ressentir la peur. La vraie peur.

    Cette peur que l'on ressent quant on ignore quelque chose de capital. Dans le camion, l'odeur s'est amplifiée. C'était à la limite du supportable. Puis le camion a démarré. On a roulé longtemps. J'avais faim, j'avais soif. En voyage, j'ai fait connaissance du cheval qui était à côté de moi. C'était Indy, un hongre. Il avait une blessure qui s'infectait peu à peu à la jambe. Puis ils ont fait monter d'autres chevaux. Pour qu'on se pousse, ils nous ont frappé. Et là, Indy a trébuché. Il est tombé. Et un cheval lui a marché sur la jambe. Il ne pouvait plus se relever. Après quelques heures de souffrances horribles, il s'est éteint. Puis son corps a commencé à sentir. C'était horrible. Peu à peu, d'autres chevaux se sont éteints. De soif, de faim, de blessures, de désespoir. Enfin, le camion s'est arrêté.

    Ils ont ouvert la porte. La lumière m'a aveuglée. Les autres chevaux voulaient sortir. Ils m'ont poussé. Je me suis tordu la jambe. J'ai eu mal. Mais j'était obligé d'avancer dans d'interminables couloirs hantés par le sang, la peur, la mort. J'ai entendu un cheval crié, j'ai reconnu Canelle. Ma petite Canelle si courageuse. Puis on est arrivé dans une grande salle avec un sol en fer. Ils ont fermé la porte et nous on laissé là. Pas à boire, pas à manger. Un à un, beaucoup de chevaux sont morts. Ma Canelle aussi. Puis, un jour, ils sont venus me chercher. J'ai eu à boire. C'était bon. C'était la dernière chose que j'avais eu de bon dans ma vie. Ensuite, je suis entré dans une salle où l'odeur, l'ambiance, m'a fait paniquer. Je me suis cabré, je me suis pris un coup de gourdin dans les jambes. Puis, il est entré. J'ai senti quelque chose s'enfoncer dans ma gorge. J'ai eu mal. 

    Je me suis senti faible.

    Je me suis couché. 

    Ou plutôt, je suis tombé. 

    Et j'ai su. 

    J'ai eu mal au coeur. 

    J'ai fermé les yeux. 

    Noir....

    ~

    Cette histoire est malheureusement véritable, et c'est ce qu'il se passe pour des centaines de chevaux chaque jour. Personne ne mérite ça. Alors si tu as un coeur, même de pierre, mets cette histoire sur ton blog, car l'abattage des chevaux DOIT cesser.

    ********************************

    3- Le journal d'un chien

    Semaine 1 :

    Ça fait aujourd'hui une semaine que je suis né, quel bonheur d'être arrivé dans ce monde !

     

    Mois 01 :

    Ma maman s'occupe très bien de moi. C'est une maman exemplaire.

     

    Mois 02 :

    Aujourd'hui j'ai été séparé de maman. Elle était très inquiète et m'a dit adieu du regard. En espérant que ma nouvelle " famille humaine " s'occupera aussi bien de moi qu'elle l'a fait.

     

    Mois 04 :

    J'ai grandi vite, tout m'attire et m'intéresse. Il y a plusieurs enfants à la maison, ils sont pour moi comme des " petits frères ". Nous sommes très polissons, ils me tirent la queue, et je les mords pour jouer.

     

    Mois 05 :

    Aujourd'hui, ils m'ont disputé. Ma maîtresse m'a grondé parce que j'ai fait " pipi " à l'intérieur de la maison, mais ils ne m'ont jamais dit où je devais le faire. En plus je dors dans la réserve... et je ne me plaignais pas !

     

    Mois 12 :

    Aujourd'hui j'ai eu un an. Je suis un chien adulte. Mes maîtres disent que j'ai grandi plus qu'ils ne le pensaient. Qu'est-ce qu'ils doivent être fiers de moi !

     

    Mois 13 :

    Aujourd'hui, je me suis senti très mal. Mon " petit frère " m'a pris ma balle. Moi je ne lui prends jamais ses jouets. Alors je lui ai reprise. Mais mes mâchoires sont devenues fortes et je l'ai blessé sans le vouloir. Après la peur, ils étaient furieux et ils m'ont enchaîné, je ne peux presque plus voir le soleil. Ils disent qu'ils vont me surveiller, que je suis un ingrat. Je ne comprends rien à ce qui se passe.

     

    Mois 15 :

    Plus rien n'est pareil... je vis sur le balcon. Je me sens très seul, ma famille ne m'aime plus. Ils oublient parfois que j'ai faim et soif. Quand il pleut, je n'ai pas de toit pour m'abriter.

     

    Mois 16 :

    Aujourd'hui, ils m'ont fait descendre du balcon. J'étais sûr que ma famille m'avait pardonné et j'étais si content que je sautais de joie. Ma queue bougeait dans tous les sens. En plus, ils m'emmènent avec eux pour une promenade. Nous avons pris la direction de la route et d'un coup, ils se sont arrêtés. Ils ont ouvert la porte et je suis descendu tout content, croyant que nous allions passer la journée à la campagne. Je ne comprends pas pourquoi ils ont fermé la porte et sont partis. " Écoutez, attendez ! " Vous... vous m'oubliez. J'ai courru derrière la voiture de toutes mes forces. Mon angoisse grandissait quand je me rendais compte que j'allais m'évanouir et qu'ils ne s'arrêtaient pas : ils m'avaient oublié.

     

    Mois 17 :

    J'ai essayé en vain de retrouver le chemin pour rentrer à la maison. Je me sens et je suis perdu. Sur mon chemin, il y a des gens de coeur qui me regardent avec tristesse et me donnent un peu à manger. Je les remercie du regard et du fond du coeur. J'aimerais qu'ils m'adoptent et je leur serais loyal comme personne. Mais ils disent juste "pauvre petit chien", il a dû se perdre.

     

    Mois 18 :

    L'autre jour, je suis passé devant une école et j'ai vu plein d'enfants et de jeunes comme mes " petits frères ". Je me suis approché et un groupe, en riant, m'a lancé une pluie de pierres pour " voir qui visait le mieux ". Une des pierres m'a abîmé l'oeil et depuis je ne vois plus de celui-ci.

     

    Mois 19 :

    Vous ne le croirez pas, mais les gens avaient plus pitié de moi quand j'étais plus joli. Maintenant je suis très maigre, mon aspect à changé. J'ai perdu mon œil et les gens me font partir à coup de balais quand j'essaie de me coucher dans un petit coin d'ombre.

     

    Mois 20 :

    Je ne peux presque pas bouger. Aujourd'hui, en essayant de traverser la rue où circulent les voitures, je me suis fait renverser. Je pensais être dans un endroit sûr appelé fossé, mais je n'oublierai jamais le regard de satisfaction du conducteur qui a même fait un écart pour essayer de m'écraser. Si au moins il m'avait tué ! Mais il m'a éclaté la hanche. La douleur est terrible, mes pattes arrières ne réagissent plus et je me suis difficilement tiré vers un peu d'herbe au bord de la route.

     

    Mois 21 :

    Cela fait 10 jours que je passe sous le soleil, la pluie, sans manger. Je ne peux pas bouger. La douleur est insupportable. Je me sens très mal, je suis dans un lieu humide et on dirait même que mon poil tombe. Des gens passent, ils ne me voient même pas, d'autres disent " ne t'approche pas ". Je suis presque inconscient, mais une force étrange m'a fait ouvrir les yeux... la douceur de sa voix m'a fait réagir. Elle disait "Pauvre petit chien, dans quel état ils t'ont laissé"... avec elle il y avait un monsieur en blouse blanche, il m'a touché et a dit " je regrette madame, mais ce chien ne peut plus être soigné, il vaut mieux arrêter ses souffrances ". La gentille dame s'est mise à pleurer et a approuvé.

    Comme je le pouvais, j'ai bougé la queue et je l'ai regardé, la remerciant de m'aider à trouver enfin le repos.

    Je n'ai senti que la piqûre de la seringue et je me suis endormi pour toujours en me demandant pourquoi j'étais né si personne ne me voulait.

    ~

    Voici une chose réelle qui va encore se produire cette année, ce texte est assez dur, et seuls les gens qui ont un coeur le partageront.

    La solution n'est pas de jeter un chien à la rue, mais de l'éduquer. Ne transforme pas en problème une compagnie fidèle. Aide à faire prendre conscience et à mettre fin au problème des chiens abandonnés.

    Mets le sur ton blog, ça fera réfléchir des gens et la maltraitance des animaux s'arrêtera enfin.

    **************************

    J'espère que ces histoires t'ont fait réfléchir...Partage-les.


  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Janvier à 13:55

    ou plutot 3histoire macabre XD

    2
    Samedi 6 Janvier à 14:52
    Voui, j'avoue...
    3
    Samedi 6 Janvier à 16:57
    4
    Samedi 6 Janvier à 17:29

    Bon après tout, c'est une morale, alors...hein, chut !!!

    5
    Dimanche 7 Janvier à 13:58
    6
    Dimanche 7 Janvier à 14:03
    7
    Dimanche 7 Janvier à 15:56
    8
    Mercredi 17 Janvier à 20:06

    "l'abattage des chevaux DOIT cesser."
    Seulement celui des chevaux ? Genre mdr les autres animaux on s'en fout ?

    9
    Mercredi 17 Janvier à 21:15
    Non, ce n'est pas du tout ce que l'on voulait dire dans ce texte. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.
    10
    Samedi 20 Janvier à 13:21

    Bon heu, perso je trouve que ce genre de texte c’est un peu cucu, faire semblant d’agir pour une cause alors qu’on fait juste du ctrl c ctrl v

    Ça va pas plus aider les gens qui ont des problèmes  après c’est mon avis, libre à toi de me frapper jpp

    11
    Samedi 20 Janvier à 13:49
    Haha XD je ne te frapperai pas tkt ^^

    J'ai posté cette chaîne car il me semble que si les gens prennent conscience et réagissent, ce serait déjà un bon début... Après, je sais que de plus en plus de gens postent des trucs de ce genre, mais bon, C'est mieux qu'il y ai du monde plutôt que personne... Non ?
    12
    Samedi 20 Janvier à 13:50

    Ouaip :')

    13
    Samedi 20 Janvier à 15:35
    Et bah voilà XD ^^
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :